May

3

La cabane du pecheur (indien)

DSCF0634Je vous invite a me suivre dans le sud est de l’Asie. Nous sommes dans la region du Tamil Nadu, a 60 km au sud de Chennai (anciennement appele Madras).

Le village ou je me situe, Mamallapuram, regroupe une population de pecheurs le long de la cote Est du pays. L’ambiance est a l’oppose de ce que l’on peut vivre a Chennai : population accueillante, rues colorees et (malheureusement) beaucoup d’europeens.

Si Mamallapuram est reputee, c’est certes pour son poisson, mais aussi pour ses sculptures sur pierre. La preuve en est cette petite tortue d’un centimetre carre, achetee au prix d’une nuitee dans un hotel moyen de gamme : meme avec une pression toute indienne, j’ai battu tous les records.

Comme vous pouvez le constater, la plage de Mamallapuram est superbe et n’a rien a envier a la Bretagne. Je vous laisse admirer au fond de ce paysage le temple du rivage (classe au patrimoine mondial de l’UNESCO!), qui n’est pas sans nous rappeler les temples Mexicain au pieds de l’eau.

DSCF0473

 

Les photos suivantes, plus ou moins bien reussies puisque j’apprivoise encore mon appareil, sont tout de meme a mettre au credit d’un reveil aux aurores.

DSCF0573

 

En effet comme l’on dit ici :  “Apres la nuit, le matin, mon bateau, il est bien”.

DSCF0561

 

Il n’y a pas que des plages a Mamallaparum : il y a aussi des sculptures qui racontent l’histoire passionnante de Shiva (deesse indienne pour les non inities et ceux qui ne prennent pas le metro), comme en temoigne l’etude minutieuse de cette vache d’un bas relief comptant les legendes du Panchatantra (recueil de fables en sanskrit).

DSCF0496

 

Suite a la partie sable de cette journee, j’ai attaque la partie beton pour decouvrir a velo un temple dedie a shiva (oui encore!!). 16 Km aller, autant au retour, j’ai bien cru mourir au milieu des mobs, velos, camions , bus et autres rickshaw. Bref, une fois sur place et quelques 550 marches a gravir pieds nus, pour une vue magnifique sur 30 km aux alentours. Pas de film pour cette fois-ci, les temps de chargement sur internet etant « un peu » long. Que de kilometres sur le dos de mon fidele destrier, et que d’echanges avec les habitants du coin… chaque « Hello, How are you » est une victoire et me pousse a m’arreter… puis a pedaler encore plus vite pour rattraper le temps et eviter la pluie qui arrive !

Au moment ou j’ecris ces lignes, une pensee pour Grand Pere Baden et Pichel : impossible de faire un pas dans ce monde sans croiser des bretons !

A tres vite pour la suite…

Posted in Inde | Tagged , | Leave a comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

two × 1 =